Appendice vermiforme ou appendicite

ACCUEILSPECIALITESCHIRURGIE VISCERALE ET DIGESTIVEAppendice vermiforme ou appendicite
chirurgie-digestive-pathologie-appendicite

Appendice vermiforme ou appendicite

L’APPENDICITE

L’appendice est un prolongement du cæcum. De forme vermiculaire, l’appendice a une longueur moyenne de 6 à 12 cm (extrêmes de 1 à 20 cm) pour un calibre de 0,4 à 0,8 mm ; il est normalement perméable.
Sa base d’implantation est constante sur la face interne ou postéro-interne du cæcum, 2 à 3 cm en dessous de la jonction iléo-caecale.

SYMPTÔMES DE L’APPENDICITE

Les symptômes sont variables et inconstants. Typiquement, la douleur abdominale est située « en bas et à droite » après avoir été éventuellement plus diffuse. La température peut être élevée autour de 38°C. Les symptômes évoluent rapidement, généralement entre 1 et 3 jours entre le début de la douleur et la consultation. Si l’appendicite n’est pas traitée rapidement, elle peut évoluer vers un abcès, un plastron voire une péritonite.

DIAGNOSTIC DE L’APPENDICITE

Le diagnostic de l’appendicite est difficile ! Il repose sur : – l’examen de l’abdomen par votre chirurgien – la biologie peut montrer une élévation des globules blancs et/ou de la CRP – le diagnostic peut être facilité par la réalisation d’une échographie abdominale ou d’un scanner abdomino-pelvien. – D’autres pathologies peuvent mimer une appendicite : salpingite, infection urinaire, gastroentérite, infection pulmonaire, …

TRAITEMENT DE L’APPENDICITE

Le traitement est chirurgical. Il s’agit de l’appendicectomie qui peut être réalisée par abord direct (cicatrice « classique ») ou par laparoscopie, le plus souvent. C’est l’intervention de chirurgie digestive la plus réalisée en France. La durée moyenne d’intervention varie entre 20 et 45 min. Si l’appendicite est simple, la durée d’hospitalisation est courte (1 à 2 jours) avec une récupération rapide. Votre chirurgien après vous avoir expliqué les principes de l’intervention, vous préviendra des risques et aléas de ce type de chirurgie qui comprennent notamment l’infection post-opératoire.

 

Modifié le 13 septembre 2018 et validé par le Comité Déontologique