Thyroide : le goitre hetero – multinodulaire

ACCUEILSPECIALITESCHIRURGIE ENDOCRINIENNEThyroide : le goitre hetero – multinodulaire
Chirurgie du Beaujolais -chirurgie endocrinienne goitre

Thyroide : le goitre hetero – multinodulaire

AFFECTIONS DE LA THYROÏDE : LE GOITRE HETERO-MULTINODULAIRE

La thyroïde est une glande située à la face antérieure de la base du cou, an avant de la trachée, avec deux lobes séparés par un isthme lui donnant une forme de papillon. Elle secrète des hormones responsables de la régulation du métabolisme de base.
Un nodule est une « tuméfaction », une « boule » développée dans la glande. En cas de présence de plusieurs nodules, on parle de goitre multinodulaire.

SYMPTÔMES DU GOITRE HETERO-MULTINODULAIRE

Le patient consulte généralement pour un gonflement, une déformation de la partie antérieure du cou. Des signes de compression peuvent être présents : dysphonie (difficulté à parler), dysphagie (difficulté à manger), dyspnée (gêne respiratoire).

DIAGNOSTIC DU GOITRE HETERO-MULTINODULAIRE

L’examen clinique par le chirurgien est indispensable. Une échographie cervicale montre la taille, la localisation et l’aspect des nodules. Le bilan biologique comprend au minimum un dosage des hormones thyroïdiennes. Une scintigraphie thyroïdienne est éventuellement réalisée. Une cytoponction (ponction à l’aiguille du nodule) est éventuellement faite sur des nodules suspects.

TRAITEMENT DU GOITRE HETERO-MULTINODULAIRE

L’indication chirurgicale est posée en fonction de la taille des nodules, de leur aspect, de la cytoponction. Une thyroïdectomie quasi-totale est réalisée, c’est-à-dire l’ablation de presque toute la thyroïde. Cela entraine une hypothyroïdie qui nécessite donc la prise d’hormones thyroïdiennes à vie.

C’est une chirurgie bien supportée avec peu de complications quand elle est réalisée par un chirurgien entrainé. Les risques sont une lésion d’un nerf récurrent laryngé (paralysie récurrentielle) ce qui a pour conséquence une modification de la voix (le traitement est la rééducation orthophonique) ; une lésion des glandes parathyroïdes entrainant une hypocalcémie nécessitant la prise de calcium voire de vitamine D. Ces complications sont rarement définitives (2% au total par un chirurgien entraîné).

  • Modifié le 11 septembre 2018 et validé par le Comité Déontologique